Vegan Capital : une solution financière pour investir et soutenir l’industrie végane

Vegan Capital : une solution financière pour investir et soutenir l’industrie végane

Avec près de 9 % de végétariens, végétaliens ou véganes au Canada1 et une demande en forte croissance pour les produits n’exploitant pas les animaux, l’industrie végane se développe à plein régime. Pourtant, les solutions de financement spécifiques à ce secteur sont quasi inexistantes malgré de forts besoins.

C’est pourquoi Vegan Capital a lancé en mars 2019 le premier fonds d’investissement finançant les entreprises véganes au Québec. L’objectif de cette solution financière est de soutenir la croissance de l’industrie des produits et services véganes grace à des solutions d’investissement éthiques et durables.

Un fonds d’investissement communautaire en plein développement

Fondée par Julien Hivon et François Burra, Vegan Capital s’est fait connaître auprès des entreprises véganes par le biais de sa solution de microcrédit permettant d’obtenir un financement allant de 2 000 à 50 000 $.

De plus, l’entreprise propose d’aider les entrepreneurs en démarrage à rédiger ou consolider leur plan d’affaires et propose plusieurs formations.

 Vegan Capital est soutenue depuis son lancement par l’ACEM (Association communautaire d’emprunt de Montréal), qui consacrera un montant de 30 000 $ à des projets véganes. La jeune entreprise compte aussi nouer des partenariats avec d’autres organismes d’aide à l’entrepreneuriat.

Ainsi, dans un avenir proche, Vegan Capital permettra un financement participatif faisant appel à la communauté. « Nous discutons avec différentes plateformes de financement participatif par titres (equity crowdfunding) pour en trouver une qui affichera les entreprises que Vegan Capital aura dénichées et qui sont mûres pour un financement public », explique Julien Hivon, co-fondateur de la jeune entreprise.

Déjà 60 personnes étaient prêtes à investir entre 500 $ et 25 000 $ dans des projets d’entrepreneuriat végane d’après un court sondage de l’entreprise en mars dernier.

An Pham - VegaGoose
L’entrepreneuse An Pham, fondatrice de la marque végane Boïda Athletica explique dans une entrevue avec Les Affaires à quel point il est pertinent que des solutions de financements émergent pour aider les entreprises véganes. « Je souhaite ajouter une veste de cuir à ma collection, explique l’entrepreneure. Il existe des options – le cuir fait à partir de champignons ou d’ananas – mais les prix demeurent élevés. Il faut que la demande augmente. Mais pour cela il faut la stimuler par une offre plus étendue. D’où la pertinence d’un financement destiné à l’économie végétalienne. »

Des critères de sélection spécifiques au financement de l’industrie végane

Pour obtenir un accompagnement par Vegan Capital, les entrepreneurs en recherche d’investissement doivent remplir un formulaire. Celui-ci permet d’identifier les projets admissibles au financement par Vegan Capital. Les entreprises doivent aussi être suffisamment robustes pour garantir le retour sur investissement des investisseurs.

Les entreprises ciblées par Vegan Capital peuvent ainsi appartenir aux secteurs alimentaire, cosmétique ou textile. Ils peuvent par exemple commercialiser des produits tels que saucisses et steak végétaux, encres pour tatouage, maquillages, moulées pour animaux ou manteaux d’hiver.

Pour être admissibles au financement, ces entreprises doivent donc remplir plusieurs critères :

  • Elles doivent proposer un produit ou un service qui offre une alternative 100 % végétale à un produit existant lié à l’exploitation animale;
  • Le processus de production ou d’approvisionnement ne doit inclure aucune exploitation animale;
  • Elles doivent avoir un impact environnemental et social positif.

 

Pour en savoir plus sur Vegan Capital, visitez leur site Web : vegancapital.ca/fr

 

Et vous, que pensez-vous de l’investissement végane?

Nous avons préparé un sondage express (1 mn) et vous invitons à y répondre.

 

Écrit par Maxime Philippon

Sources
  1. Université de Dalhousie, Dr. Sylvain Charlebois, Perspective des consommateurs canadiens quant aux régimes alimentaires à base d’aliments végétaux de même qu’à leur consommation de viande, Mars 2018, consulté le 28/05/2019.