Réponse à Monsieur Philippe Olivier, porte-parole de la Fédération des producteurs d'œufs de consommation du Québec

Dans son article d'hier, Cyberpresse.ca mentionnait que l'Association végétarienne de Montréal est contre la réintroduction de poules pondeuses sur le territoire de la ville de Montréal. Dans le même paragraphe, Monsieur Philippe Olivier, porte-parole de la Fédération des producteurs d'œufs de consommation du Québec se dit "très préoccupé" par les conditions dans lesquelles se ferait l'élevage urbain. «Quand on dit que les poules seront nourries de restes de table, ça m'inquiète», affirme-t'il. 

Quelle farce! Rappelons nous que 99% des poules pondeuses au Canada sont enfermées dans des cages et vivent une vie totalement atroce. Leur souffrance est inimaginable. Selon les chiffres de la Fédération, un producteur d'œufs au Québec possède en moyenne 34 831 poules pondeuses (!) et les conditions des poules ressemblent à ceci:


et à ceci...

Laying Hens

 

Par rapport à la nourriture des poules pondeuses, rappelons-nous que les poules dans l'élevage intensif survivent à leur torture seulement grâce à des quantités considérables d'antibiotiques. Après une vie minable remplie de souffrance, les poules pondeuses finissent souvent leurs vies dans les assiettes du consommateur. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la viande de volaille doit être décontaminée dans un bain chimique avant d'être vendue aux consommateurs. La volaille arrive dans les assiettes des consommateurs sous forme de véritable boîte à surprise nutritionnelle.
 

 

Monsieur Olivier, il nous semble impossible d'imaginer de pires conditions de vie que celles des poules pondeuses dans les élevages intensifs du Québec. Nous restons ouverts à une explication plus en détails de votre part.

 

 

administrateur4

Alexandre Gagnon est le fondateur principal de l'AVM. Il aime le tofu à toutes les sauces et il est webmaster de l'AVM depuis sa création.


Recherche

Infolettre

Frenchfr-FREnglish (United Kingdom)