Portrait de Pierre-Alexandre, végé depuis plus de 10 ans

Écrit par : Martine Girard

 

Prénom : Pierre-Alexandre, 28 ans

Végé depuis : Probablement 10 ans ou plus. D'abord végétarien, et quelques tentatives de végétalisme, et maintenant presque totalement végétalien (je consomme parfois des produits laitiers à l'extérieur de la maison).

Membre de l’AVM : Oui! Excellente initiative, et plus que nécessaire!

Pourquoi es-tu devenu végé ? Quel a été ton déclic ? : C'était le résultat de réflexions sur ma position dans la société. Au départ d’une "quête spirituelle", le végétarisme semblait être un élément que je retrouvais dans plusieurs visions du monde. Ensuite, ma réflexion sur les méfaits de l'industrie animale m'a poussé sur cette voie.

Pour ce qui est de mon retour au végétalisme ces derniers mois, c'est une question sportive; j'ai réalisé que mon corps réagissait bien à un haut volume d'entraînement et une diète axée sur la consommation de plantes et de produits naturels seulement.

Comment as-tu fait ta transition ? : Au départ, ça n'a pas été facile. J'étais sur la route, loin du foyer familial, avec un budget plutôt mince et des connaissances très limitées. La courbe d'apprentissage a été assez vertigineuse.

Comment ça s’est passé avec la famille ? Les amis ? : Plutôt facile, en fait. Comme j'ai quitté la maison aussitôt que j'ai pu, je me suis intégré à d'autres communautés où le végétarisme était moins "marginal". J'ai encore droit aux habituelles blagues de la famille, aux éternelles questions sur les protéines... mais je me fais un plaisir de répondre par l'exemple!

Les effets positifs que ça a eus sur ta vie de devenir végé ? : Par où commencer? Le plus évident, c'est la légèreté; je n'ai pas l'impression, après un repas, d'être surchargé, d'avoir endormi mon corps pour digérer de la viande. Ce point est primordial pour mon entraînement de course. J’ai vraiment l'impression que ce sont les plantes qui me propulsent et me permettent de me lancer dans des objectifs d'ultra-marathons, et d'être où j'en suis alors que j'ai couru plus de 5 kilomètres pour la première fois il n'y a pas deux ans.

Sur un plan plus spirituel, bien que j'ai toujours été à l'aise et connecté avec la nature, je crois que le végétarisme m'a permis de rechercher, et de pousser ma réflexion sur l'éthique de la relation que je maintenais avec la nature.

Si tu étais un aliment végé… lequel et pourquoi ? : ... une carotte?! La partie la plus nutritive, et la plus ferme, la plus "enracinée", est sous terre, alors que sa partie la plus "glamour", sexy, son feuillage, est la plus apparente. Au-delà du fait d'avoir de longs cheveux bouclés (le "feuillage"), j'ai tendance à être plutôt relax, simple, qui ne cherche pas le drame, et qui aime être mélangé à plein de recettes (comme la carotte!). L'autre versant de ma personne, le fait que je travaille toujours avec minutie et profondeur, avec des objectifs et une vision (la carotte, son effet sur les yeux!) est généralement moins connu. Sans me vanter, je crois que je mérite d’être déterré parfois! Hahaha!

Ton livre de recettes préféré ? Ou ton livre qui parle de végéta*isme préféré : Côté recettes, les bouquins de Brendan Brazier (la série Thrive). Mes favoris, toutefois, demeurent Eat & Run de Scott Jurek et Finding Ultra de Rich Roll.

Pourquoi être végé est-il important pour toi ? : Comme j'en ai parlé ci-haut, le mode de vie végé a fondamentalement changé ma façon de voir, de me représenter et d’interagir avec le monde. Ce n'est pas simplement "d'arrêter de manger de la viande" que d'être végétarien. C’est bien plus qu'une simple proposition à la négative ("arrêter"). Tout le positif que le mode de vie végé m'a apporté m'a permis de changer mon mode d'interaction avec les autres.

Et sans entrer dans d’épineuses questions de morale et d'éthique, toute personne consciente, et ayant un minimum d'empathie, devrait au minimum réduire sa consommation de viande.

As-tu une anecdote spéciale ? Un truc drôle ? Quelque chose, n’importe quoi, que tu veux partager ? : Pour les coureurs, l'alimentation végétalienne vous donne vraiment d'excellentes possibilités pour faire vos propres gels/nutrition. Par contre, par expérience, n'abusez pas des dattes, surtout lorsque vous courez... si vous voyez ce que je veux dire.

 

L'opinion exprimée dans le cadre de cette chronique, est celle de son auteur et ne reflète pas nécessairement l'opinion, ni n'engage l’AVM.

Author: administrateur2

Recherche

Infolettre

Frenchfr-FREnglish (United Kingdom)