Végé en voyage

Par Nicolas Valente

L’été c’est l’insouciance, le repos de l’esprit, le plaisir de ne plus compter son temps, les activités sportives, la gourmandise avec des fruits et légumes de saison à volonté, etc. Qu’on soit en pleine nature ou dans une grande ville, on ne veut plus se poser de questions, on veut se laisser vivre! Alors, que faire de son végéta*isme ?

 

Je saisis l’occasion de cette infolettre de juillet pour aborder la question de l’alimentation en voyage. Comment rester fidèle à son mode de vie végé? Peut-on s'autoriser des écarts?  Comment trouver des solutions gastronomiques dans des endroits inconnus et des situations inattendues? Voilà des questions qui apparaissent régulièrement sur le mur de notre « groupe Facebook ». Explorons ensemble quelques pistes de réflexion.

Avant tout, il ne faut pas voir son végéta*isme comme une contrainte! Il faut y trouver un équilibre et un plaisir quotidien, sans quoi on aura tendance à s'en détacher plus facilement en situation extraordinaire (un voyage par exemple). À part vous, personne ne peut juger ni décider quoi manger. Une fois sur la route des vacances, laissez-vous guider par votre conscience et vos convictions, vos connaissances et votre sensibilité.

Vous recherchez les destinations idéales pour une expérience 100 % végé :
Il y a des pays où la consommation de viande est moins courante que chez nous.  Visez l’Inde pour la spiritualité et les plats de lentilles et riz au curry, le pourtour méditerranéen (Grèce, Turquie, Liban, Israël…) pour les falafels et les trempettes végétales sur pains plats, le Japon pour le soja, le tofu et les algues. Pensez aussi à la Thaïlande pour ses plats épicés et l’Ouest américain (Californie) pour son avant-gardisme en la matière.

À l’opposé, il y a ces pays où la viande est presque une religion. Sans vouloir leur porter préjudice, le voyage vous sera tout de même plus compliqué en Espagne,  en Nouvelle-Zélande, en Australie, dans certaines parties des États-Unis et au Luxembourg  (ce pays étant même sur le haut du podium de la consommation annuelle par personne).

Vous voulez rejoindre un groupe de végés :
Il existe quelques agences de voyage spécialisées. Non satisfait de vous assurer des menus adaptés, l’idée est même de vous offrir des expériences culinaires enrichissantes. Des voyages lents et hors des sentiers battus. Sur Internet, j’ai facilement trouvé l’agence américaine VegVoyages.com et la française voyagevegetarien.com

Quelques conseils en pagaille :

  • En achetant votre billet d’avion, demandez un repas végétarien, ou végétarien sans œufs ni laitage. Emportez toujours avec vous des encas (des noix, par exemple).
  • En choisissant vos hôtels, vous pourriez privilégier ceux qui se revendiquent végés. Le site veggie-hotels.com en liste quelques-uns.
  • De manière générale, les grandes capitales vous offriront de belles options de restauration. Sachez toutefois qu’elles ne vous tomberont pas dessus, ni vous sur elle, sans un minimum de préparation en amont. Avant de partir, prenez en note quelques adresses végés et repérez-les sur la carte. Les sites officiels d’offices de tourisme et TripAdvisor peuvent vous aider. Certains blogueurs partagent leurs expériences et dressent des listes sur la toile (par exemple Patricia, de voyagesvege.com ou Kristin de wtfveganfood.com). Il y a aussi l’application et le site Web happycow.net, qui est un réseau mondial.
  • Apprendre quelques mots dans la langue du pays visité, et surtout savoir dire « végétarien » ou « vegan » pourrait vous aider. Parfois la viande et les produits laitiers se dissimulent sournoisement. Parfois aussi, la notion même échappera à votre interlocuteur. Soyez donc prêt(e) à vous expliquer. www.ivu.org/phrases est un début. Le livre et l’application « Vegan Passport » pourront se glisser dans votre poche facilement.
  • Vous aimez faire de nouvelles rencontres en voyage? L214, la fameuse association française, organise des soupers végés partout en France; vous pourriez vous y joindre en consultant le site www.vegoresto.fr.

Voilà pour le tour d’horizon! J’espère que ces conseils vous aideront pour la préparation de votre prochain voyage et qu'ils vous permettront ainsi d'en profiter au maximum.

 

Sources et références :

 
 
 

Recherche

Infolettre

Frenchfr-FREnglish (United Kingdom)