Les animaux ne sont pas comestibles

 

Écrit par : Martine Girard

 

J’aime beaucoup lire des livres concernant le végétarisme et le véganisme. Beaucoup. Cuisine, informations, faits vécus, témoignages… Si ça parle de bouffe, y’a de bonnes chances que je sois fidèle au poste ! 

 

Je me suis donc attaquée à « Les animaux ne sont pas comestibles » de Martin Pagé avec grand appétit. Et en suis ressortie, sinon comblée, du moins avec un petit creux apaisé. Pour tout dire, certains livres me laissent sur ma faim par leur extrémisme ou leur manque d’ouverture. Je ne dis pas que c’est le cas de ce livre spécifiquement, mais seulement que bien souvent, l’humble végétarienne que je suis ne comprend pas toujours les guerres internes qui règnent chez les v​é​gan​es.

 

J’ai bien aimé le format du livre de Martin Pagé. De très courts chapitres. Chacun aborde un sujet différent. Tranches de vie, informations, opinions… Le format est agréable. Les sujets​, multiples. Mais je dois vous avouer que ce que j’ai retenu le plus de ce livre, c’est que l’auteur considère qu’il n’y a qu’une seule raison valable d’être v​é​gan​e​ : les animaux. Et c’est là où est ma difficulté. Je ne crois pas aux opinions et aux jugements tranchés lorsqu’on veut ouvrir la discussion. Je ne crois pas à l’envers de la compassion non plus.

 

J’ai trop vu de guerres véganes. Livres, blogues, sites internet… On critique Jane Goodall, Bill Clinton, des cuisiniers du mouvement vegan reconnus…. Pourquoi ? Pour leur ouverture. Parce qu’ils osent ouvrir la bataille sur plusieurs fronts. Pour leurs failles et leurs imperfections.

 

Je sais que je ne me ferai pas nécessairement des grands amis en disant cela, mais je ne crois pas que la souffrance animale, la consommation animale va cesser de notre époque ou même dans une époque prochaine. Je crois aux lundis sans viande, je crois au réductionnisme, je crois aux multiples formes de flexitarisme et de végétarisme. En fait, je crois à chaque animal qu’on ne consomme pas. Que ce soit un seul ou des milliers. Chaque petit geste compte. Voilà pourquoi je m’attriste un peu de voir des opinions tranchées comme celle de Monsieur Pagé. Ne vous méprenez pas, je n’ai pas boudé mon plaisir de lecture (vous devriez aimer aussi), mais je ne retiens peut-être pas la beauté, plutôt l’opinion tranchée qui sonne comme un jugement dernier. 

 

Moi je dis, soyez. Soyez remplis de compassion, d’amour, d’acceptation, de tolérance. Et brandissez la beauté animale plutôt que la laideur humaine. Car la beauté, l’amour rassemble; l’intolérance éloigne. 

 

L'opinion exprimée dans le cadre de cette chronique, est celle de son auteur et ne reflète pas nécessairement l'opinion, ni n'engage l’AVM.

Author: Faiza Kabissi

Recherche

Infolettre

Frenchfr-FREnglish (United Kingdom)