Mélissa, végé et fier de l'être

Par Martine Girard

Prénom : Mélissa

Âge : 43

Végé depuis : 2014 (végétalienne)

Membre de l’AVM, oui, non, depuis quand ? : oui, depuis quelques mois

Pourquoi es-tu devenu végé ? Quel a été ton déclic ? : je suis tombée sur le livre de John Robbins, The Food Revolution. J’ai été confrontée à une réalité que je ne connaissais pas du tout. Puis je me suis dit que c’était différent au Québec, qu’on n’avait pas des grosses fermes industrielles comme aux États-Unis. J’ai donc ramassé Je mange avec ma tête d’Élise Desaulniers. Même constat !

Comment as-tu fait ta transition ? : Ça m’a pris presque un an avant de faire la transition d’omnivore à végétalienne, parce que je voulais m’informer, je voulais être certaine de bien comprendre ce qu’était une alimentation végé saine. Je suis allée à la source et j’ai lu Becoming Vegan, un livre assez technique rédigé par deux nutritionnistes américaines, Brenda Davis et Vesanto Melina.

Comment ça s’est passé avec la famille ? Les amis ? : J’ai été choyée, ma famille et mes amis proches ont été très encourageants. J’ai eu quelques amis qui croyaient que c’était un caprice passager, qui ont moins respecté le fait que mon choix était fondé sur l’éthique (en faisant des blagues mal placées). Ce ne sont pas les amis que je fréquente le plus souvent. ;)

As-tu rencontré d’autres difficultés ? Lesquelles ? : Il est souvent difficile de trouver des options végétaliennes sur la route, surtout dans les aéroports. On apprend à apporter des provisions, des collations. Et les traiteurs... Je me souviens d’une formation professionnelle où le lunch était compris dans le prix. Lorsque je me pointe devant la table avec les boîtes à lunch, j’en vois 3 ou 4 qui sont marquées « sans gluten ». J’interpelle l’organisatrice et je lui demande où est la boîte végétalienne, et elle m’indique les boîtes « sans gluten ». Le traiteur avait décidé d’adresser les différentes restrictions alimentaires avec un format. Dans la boîte, il y avait de la salade, des légumes, des fruits, et un rouleau printanier. Aucunes protéines, une mince feuille de riz à titre de produits céréaliers, je n’ai jamais eu aussi faim de ma vie, malgré le fait que j’avais prévu des amandes comme collation aux pauses. 

Les effets positifs que ça a eus sur ta vie de devenir végé ? : Physiquement, je n’ai pas vu beaucoup de changements, car je mangeais déjà assez sainement. Mentalement, c’est toute une différence. J’ai l’impression de vivre une paix intérieure, car mes actions sont alignées avec mes croyances. Aujourd’hui, cet alignement est même professionnel, car je viens de commencer à travailler pour un organisme que j’ai toujours beaucoup admiré, Mercy for Animals.

Ton aliment préféré ? ou ta recette préférée ? : J’aime beaucoup les champignons, toutes les variétés. J’adore aussi les caris, et une recette que je refais souvent est le Palak Tofu Paneer de Vegan Richa (http://www.veganricha.com/2013/10/palak-tofu-tofu-in-spinach-curry-vegan.html). Servi sur un bon riz avec des légumes vapeur, c’est un classique chez moi. Mes amis omnis en redemandent ! Il m’arrive aussi de publier quelques-unes de mes recettes gagnantes sur mon blogue, easyveganlife.com.

Une personne végé qui t’inspire ? : J’admire le travail d’activisme fait par John Robbins, et le fait surtout qu’il a abandonné une fortune immense (l’empire Baskin-Robbins) après avoir compris tout le mal qui se cachait derrière l’industrie laitière.

As-tu une anecdote spéciale ? Un truc drôle ? Quelque chose, n’importe quoi, que tu veux partager ? : J’ai rencontré mon copain grâce à une photo de son chien sur un groupe Facebook végane. La photo était tellement drôle, elle a tout de suite capté mon attention, et là j’ai vu que le gars qui avait mis la photo était pas mal cute ! On est devenus amis Facebook, puis on a jasé plusieurs fois au téléphone, et finalement, pour notre première « date », on a passé tout un après-midi à cuisiner. C’est d’ailleurs notre activité préférée, cuisiner de bons petits plats végétaliens.

 

« L'opinion exprimée dans le cadre de cette chronique, est celle de son auteur et ne reflète pas nécessairement l'opinion, ni n'engage l’AVM. »


Recherche

Infolettre

Frenchfr-FREnglish (United Kingdom)